01 43 43 43 77
* Coût d'un appel local
04 42 12 33 33
* Région PACA

Les bases de la réussite d'une vente en viager

[IMG_MAIN] Dans une vente en viager, l’acheteur est chargé de payer un bouquet et une rente à vie au vendeur. Le secret de sa réussite dépend donc d’un compromis qui convient aux deux parties, un bon calcul des sommes à verser et le respect de quelques règles de base. 
  

Le bouquet et la rente 

Pour attirer les acheteurs potentiels, la rente viagère ne doit pas être trop élevée. Il en va de même pour l’estimation du bouquet qui peut vite devenir un obstacle majeur à la vente parce que l’acquéreur a souvent du mal à réunir une grande somme d’argent. En effet, les banques ne prennent pas en compte les biens achetés en viager en garantie de prêt. 

 Savoir patienter 

Comme pour toute autre transaction immobilière, il faut prévoir entre 6 à 12 mois avant de trouver un acheteur potentiel. 

Miser sur l’âge du vendeur 

Parce qu’il existe peu de vendeurs de 70 ans, le mieux serait de trouver un octogénaire. Au-delà de cet âge, la vente en viager devient délicate, mais toujours envisageable. 

Les travaux d’entretien 

Les travaux d’entretien garantissent aux acheteurs la qualité du logement tandis qu’une maison délabrée fait tout de suite penser aux risques d’accidents domestiques.

Les lois du marché 

Dans le secteur immobilier, l’emplacement joue un rôle important et les biens situés dans les grandes agglomérations, les villes moyennes et les lieux de vacances comme la Côte d’Azur se vendent mieux. Pour les maisons de campagne, les acheteurs sont surtout à la recherche d’une résidence secondaire. 

Rappels     

La loi interdit la vente en viager de la résidence secondaire si le propriétaire compte y demeurer tout en percevant une rente viagère.  En théorie, les biens achetés depuis moins de 30 ans font l’objet d’un impôt sur les plus-values mais dans la vie réelle, peu de vendeurs en viager paient ce genre d’impôt. Pour une résidence secondaire vendue en viager, le fisc calcule le montant de la plus-value via une comparaison du prix d’achat initial au prix de vente « occupé ».