04 42 12 33 33
* Coût d'un appel local

Vendre en viager : une solution peu exploitée

[IMG_MAIN]

La vente en viager au profit des retraités

Vendre en viager un bien immobilier peut être un moyen efficace pour arrondir ses fins de mois en percevant un revenu complémentaire. Cependant, cette solution reste encore peu connue du public. Les ventes en viager ne représentent en effet que 1% des transactions immobilières dans l’ancien. Pourtant, vendre une maison en viager peut s’avérer bénéfique, surtout pour les retraités qui désirent vivre dans leur logement tout en percevant un revenu supplémentaire leur garantissant une retraite paisible.

L’expansion de l’industrie viagère

En France, les ventes en viager ne représentent que 1% des transactions enregistrées dans l’immobilier ancien. Néanmoins, en observant une croissance de 6% par an, les spécialistes du domaine constatent une amélioration de la situation de ce secteur.
 

Les principes de la vente en viager

La vente en viager recèle de nombreux avantages pour le vendeur. En effet, lors de la signature de l’acte de vente, le crédirentier perçoit une somme appelée « le bouquet ». Celle-ci représente environ 30% de la valeur du logement. Puis, le vendeur percevra chaque mois une rente viagère et ce, jusqu’à son décès
En plus de recevoir la rente viagère, le senior pourra donc profiter d’une retraite paisible dans son logement car il dispose toujours du droit d’usage et d’habitation

Le calcul de la rente se fait en fonction de l’âge et de l’espérance de vie du vendeur. En effet, plus le vendeur est âgé, plus la somme de la rente viagère sera importante. 
Prenons un exemple : pour un appartement situé à Paris estimé à 700.000 euros, un senior de 70 ans recevra un bouquet de 160.000 euros lors de la signature de l’acte de vente en viager. Puis, il percevra une rente viagère mensuelle d’environ 900 euros. 
Ce montant pourrait s’élever à 3.300€ par mois si le senior a 90 ans. 
 En somme, vendre en viager s’avère très rentable pour une personne retraitée souhaitant avoir un complément de retraite.
Source: LES ECHOS