01 43 43 43 77
* Coût d'un appel local
04 42 12 33 33
* Région PACA

Viager : une transaction immobilière en plein essor

[IMG_MAIN]

Viager : un engouement justifié

Tout d'abord, il nous convient de rappeler que le viager est une forme de transaction immobilière un peu particulière ayant existé depuis belles lurettes. Elle se caractérise par le fait de parier sur la mort de quelqu'un ou plus précisément sur l’espérance de vie du vendeur. Même si le viager est d’une manière générale encore peu connu du grand public, il commence à susciter l’intérêt des particuliers. C'est pourquoi le marché est en pleine ascension. On peut trouver dorénavant une multitude d’offres de tout horizon pouvant répondre tout à fait aux demandes des acheteurs. Ces derniers se présentent comme des investisseurs dans leur volonté d’acquérir un bien immobilier en viager étant donné les avantages économiques mis en avant.

Des avantages indéniables

Pour le vendeur, vendre son bien immobilier en viager permet de tirer profit de revenus supplémentaires à un moment de sa vie où la pension à elle seule ne suffit plus. En effet, face à la difficulté et la cherté de la vie, les retraités doivent trouver d’autres moyens financiers pour subvenir à leurs besoins. Grâce à sa formule sui generis,  la vente en viager permet au vendeur de percevoir des revenus mensuels à vie sans pour autant devoir quitter son logement. Par conséquent, il pourra maintenir confortablement son cadre de vie. L’acheteur, de son côté, y voit une sorte  d’investissement car il s’agit d’un moyen de se constituer un patrimoine immobilier à moindre coût. La raison réside dans la décote accordée au prix réel du bien.

Des démarches administratives habituelles

En ce qui concerne les modalités de paiement, elles sortent un peu de l'ordinaire. Le versement d'une rente mensuelle par l'acheteur au vendeur, jusqu'à ce que ce dernier décède, constitue l’une des particularités de cette transaction. Toutefois, il est à noter que les démarches administratives relatives à la vente en viager sont les mêmes que celles qui encadrent une vente classique. Elles correspondent notamment aux diagnostics techniques immobiliers obligatoires à savoir : le CERP, l’ERNMT, le DPE, le contrôle d’amiante ou de termites, le contrôle des installations électriques, etc. Quoi qu’il en soit, chaque partie doit tenir compte du fait qu’il s’agit d’un contrat de vente fondé sur l’aléa de la vie.