01 43 43 43 77
* Coût d'un appel local
04 42 12 33 33
* Région PACA

Rente viagère : et si le crédirentier libère le bien plus tôt ?

[IMG_MAIN]

Vers un supplément de la rente viagère 

Le viager est un contrat aléatoire. Pour cela, il fait souvent face à des situations imprévues et imprévisibles, comme le départ anticipé du crédirentier dans le cadre d’un viager occupé. Ceci pourrait avoir des impacts sur le montant de la rente viagère, sachant qu’elle a été conditionnée selon la durée du contrat. Dans ce cas, il est recommandé de prévoir d’éventuelles alternatives dans le contrat grâce à des clauses particulières.

Les droits du vendeur

Lors d’une vente en viager occupé, le vendeur dispose d’un droit d’usage et d’habitation ou d’un usufruit, lequel il pourra renoncer s’il envisage de quitter les lieux avant les termes du contrat. Il faut cependant que ces conditions y soient stipulées et consenties par les deux parties. Autrement, le crédirentier peur conserver l’usufruit du bien ou le droit d’occupation même lorsqu’il décide de partir. Cette condition ne peut d’ailleurs être annulée, à condition qu’il y ait une inoccupation des lieux pendant plus de 30 ans.

Peut-on envisager un supplément de rente ?

Si de plus en plus de séniors décident de vendre leurs biens en viager, c’est surtout pour percevoir une rente viagère qui constituera un complément de revenu. Sachant qu’un viager occupé consiste à vendre son bien tout en ayant la possibilité d’occuper les lieux jusqu’à une durée déterminée, la question de la rente est capitale si le vendeur doit quitter les lieux de manière prématurée. Ainsi, il est possible d’obtenir un supplément de rente s’il décide de renoncer à l’usufruit du bien ou au droit d’usage et d’habitation. Cette revalorisation peut être effectuée suivant des indices économiques tels que la moyenne du marché locatif.