01 43 43 43 77
* Coût d'un appel local
04 42 12 33 33
* Région PACA

Viager sans rente : une transaction particulière

[IMG_MAIN]

La particularité du viager sans rente

Le viager sans rente se traduit par une transaction viagère réalisée entre le vendeur et l’acheteur, sans le versement de la rente périodique traditionnelle. Le seul facteur pris en compte est donc le bouquet, c’est-à-dire le premier capital versé lors de la signature du contrat, représenté généralement par une partie de la valeur du bien. Etant donné l’absence de cette somme périodique, le montant du bouquet sera plus conséquent.

Viager sans rente : détail et calcul

Techniquement, le vendeur ne touchera qu’un seul capital représenté par la totalité des rentes qui auraient dû être versées en fonction de son espérance de vie. A la différence d’une vente en viager classique, l’acquéreur devra verser une somme beaucoup plus importante dès la signature du contrat. Dans le cadre d’un viager occupé, c’est-à-dire lorsque le vendeur continue à occuper son logement, seules les charges locatives et la taxe d’habitation seront requises. Cependant, le nu-propriétaire et l’usufruitier doivent départager leurs droits sur la propriété. Quant aux rentes viagères converties en capital, elles seront calculées en fonction de la valeur du bien, du montant du bouquet ainsi que de l’âge du vendeur.

A qui profite le viager sans rente ?

Du côté de l’acheteur, cette forme de transaction viagère est source de nombreux profits puisqu’elle le déchargera du versement des rentes périodiques contre un seul capital payé une seule fois. Malgré l’importance de cette somme, l’acquisition du bien est effective, principalement lorsqu’il s’agit d’un viager libre. Cependant, du côté du vendeur, ce dernier ne pourra pas toucher la somme périodique revendiquée dans la transaction viagère. Il devra ainsi placer ou gérer le capital versé lors de la signature du contrat. Plus encore, il risque de perdre de l’argent car les rentes transformées en capital sont irréversibles et seront acquises à vie, alors qu’elles sont calculées en fonction de l’espérance de vie.