01 43 43 43 77
* Coût d'un appel local
04 42 12 33 33
* Région PACA

Les atouts et les avantages d'une vente ou d'un achat en viager

[IMG_MAIN] Les atouts et les avantages d'une vente ou d'un achat en viager
Dans l’immobilier, le viager est un mode d’acquisition présentant de multiples avantages aussi bien pour le vendeur que pour l’acheteur.   


Fonctionnement du système en viager 
Le viager est un mode d’acquisition d’un bien immobilier. Dans le cadre d’une vente ou d’un achat en viager occupé, l’acquéreur ne peut occuper le logement qu’après le décès du vendeur. Cette occupation est cependant immédiate lorsqu'il s’agit d’une vente ou d’un achat immobilier en viager libre. Toutes les règles relatives à l’acte de vente doivent être respectées, en particulier la signature d’un acte authentique.  


Le vendeur occupe son logement jusqu'à son décès 
La vente d’un bien immobilier en viager présente un avantage notable pour le vendeur. Celui-ci occupe son logement jusqu'à son décès, tout en percevant un capital initial appelé « bouquet » ainsi qu’une rente régulière.


Un placement financier fiable pour l’acquéreur 
Pour l’acquéreur, l’achat en viager permet d’obtenir une décote d’environ 30% sur le prix réel du bien immobilier. Il s’agit également d’une solution pratique pour l’acheteur. Celui-ci peut en effet devenir propriétaire du logement, sans disposer de la somme intégrale correspondant au prix réel du logement au moment de la conclusion du contrat. Après avoir versé le bouquet ainsi qu’une rente régulière, il récupérera de plein droit le bien immobilier au décès du vendeur. Il s’avère également que les frais d’acquisition suivant le principe de la vente viagère sont nettement réduits par rapport à un achat immobilier classique.


Obligations d’entretien et de réparation partagées selon le cas 
Dans le cadre d’une vente en viager occupé, la gestion locative du bien immobilier incombe au vendeur. Il supporte donc toutes les charges courantes, la taxe d’habitation ainsi que les dépenses d’entretien du logement, y compris les dépenses comme les rénovations et  décoration pour l’intérieur de la maison. Le paiement de la taxe foncière ainsi que les frais liés aux gros travaux de réparation revient par contre au nouveau propriétaire du bien, c’est-à-dire à l’acquéreur.