01 43 43 43 77
* Coût d'un appel local
04 42 12 33 33
* Région PACA

Les intérêts d'investir dans un viager occupé

[IMG_MAIN]

Viager occupé : les points essentiels

Le viager occupé est le type de transaction viagère le plus courant car les vendeurs préfèrent rester dans leurs domicile jusqu’à leur décès tout en percevant une rente à vie. D’un autre côté, l’acheteur ne peut jouir du bien immobilier qu’après cette période, au cours de laquelle il devra verser une rente mensuelle, devenant ainsi un débirentier. Les enjeux du viager occupé sont nombreux. Il est donc recommandé de peser le pour et le contre avant d’investir.

Des avantages pour le vendeur et l’acheteur

Les avantages du viager occupé sont, certes, plus évidents chez le vendeur, mais l’acquéreur y perçoit également sa part, surtout lorsqu‘il décide d’effectuer un placement immobilier. En effet, il peut bénéficier d’un abaissement important sur le prix du bien, qui correspond à un abattement d’occupation par le vendeur. Il peut également recourir à un prêt immobilier dans les meilleures conditions puisqu’il n’y aura pas de taux d’intérêt. Enfin, grâce au viager occupé, l’acheteur peut revendre le bien à tout moment, même avant le décès du crédirentier. Du côté du vendeur, mis à part le fait qu’il peut occuper son logement jusqu’à son décès tout en percevant une rente mensuelle, il sera également libéré de toutes les charges foncières et des grosses charges qui sont payées par l’acquéreur. Le vendeur pourra également louer le bien immobilier s’il se réserve son usufruit. Dans ce cas, il devra payer l’impôt foncier.

Les aléas du viager occupé

A la différence d’un viager libre, la rente perçue par le vendeur est moins importante lors d’un viager occupé car il faut déduire le prix d’occupation du prix de vente. De plus, il sera redevable des charges courantes liées à la propriété et devra payer la taxe d’habitation. Pour l’acquéreur, le premier inconvénient réside incontestablement dans le fait qu’il ne pourra occuper le bien immobilier qu’après le décès du vendeur. Enfin, il sera tenu de régler les grosses charges et l’impôt foncier.