01 43 43 43 77
* Coût d'un appel local
04 42 12 33 33
* Région PACA

Viager : une transaction immobilière très particulière

[IMG_MAIN]

La particularité du viager

Si le viager a réussi à susciter l’attention de la Caisse des Dépôts, c’est surtout pour son mode de fonctionnement. Différente d’une transaction immobilière classique, le viager permet une facilité de paiement et un allègement fiscal.

Viager : bouquet et rente

Contrairement à une transaction immobilière classique, l’acheteur n’a pas à payer en une seule fois la valeur du bien immobilier. Avec le viager, l’acquéreur doit payer une partie du bien après la signature du contrat de vente. C’est ce qu’on appelle le bouquet. Le reste est ensuite versé en rente. Ce système de paiement permet d’acquérir un patrimoine immobilier sans faire un prêt immobilier. Le viager étant également une négociation, l’acheteur et le vendeur peuvent définir ensemble la valeur du bouquet. Il peut être 10 à 30% de la valeur du bien. La détermination du montant de ce bouquet est essentielle pour l’acquéreur, car plus il est élevé, moins importante sera la rente à verser.

La fiscalité dans le viager

Le régime des plus-values est aussi appliqué à la vente en viager. Celle-ci est exonérée de la cession d’un bien détenu depuis plus de 15 ans. Considérée comme étant un revenu, la rente est taxable, mais bénéficie néanmoins d’un abattement. La valeur de cette décote est cependant définie selon l’âge du vendeur au moment du paiement du bouquet. Si le vendeur a 50 ans au moment de la signature du contrat, l’administration fiscale propose un abattement fiscal entre 30%. Si l’âge du vendeur est compris entre 50 et 59 ans, l’abattement est de 50%. Il s’élève à 60% pour tout vendeur entre 60 et 69 ans. Si les crédirentiers sont un couple, le calcul de l’abattement est basé sur l’âge de la personne la plus âgée.